Prix des concours de poésies et de photos 2018

Publié le par Jardin Vagabond

Nous remercions chaleureusement tous les participants.

86 textes d'auteurs de nombreuses régions de France, mais aussi de différents pays : Cameroun, Congo, Israël, Hollande, Suisse, Togo.

57 photos de photographes de différentes région françaises.

 

Hervé DOVEZE

1er prix du concours de poésies

L’arbre de vie

Ce jour- là, je me souviens très bien

Je n’ai pas vu ta cime au détour du chemin

J’ai accouru vers toi envahi par la peur

Puis je me suis figé en un cri de douleur

Devant moi une souche et partout de la sciure

Comme une plaie béante en mortelles striures

Des cercles concentriques qui retracent ta vie

Anneaux de la mémoire ancrés dans mon esprit

Tous les jeux de l’enfance se trouvent orphelins

Toutes mes larmes coulent pour cet arbre chagrin

Seul le souvenir de mes cabanes perchées

Et le prénom de la jolie Jeanne sur le tronc gravé

Les déjeuners sur l’herbe près de ton vert feuillage

Les siestes si paisibles sous les frais ombrages

Les belles nuits d’été qui laissent entre les branches

Les voûtes étoilées pour toutes nos nuits blanches

Je suis seul à présent mais qu’ont ils fait de to

Une sculpture, un meuble, de simples jouets en bois

Adieu mon arbre Vivaldi qui m’offrait les quatre saisons

Plus d’ombre estivale, de nu hivernal plus jamais de bourgeon

Il reste un terrain vague juste une morne plaine

Qui se charge de venin qui s’inonde de peine

Demain je planterai un chêne vif et insolent

Où se nicheront tous les rêves de mes petits enfants

Dans cent ans encore il vous fera de l’ombre

Le soleil rasant effacera les heures sombres

Ma vengeance sera noble et tout en élégance

Demain est au jardin qui s’ouvre en résistance

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

Gérard SALERT

2ème prix

L'ARBRE BLEU
ou
JACARANDAS & PAULOWNIAS

          Il est sous nos cieux familier
         De voir les arbres s'habiller
                    De teintes pourpre, rouille et jaune
                    Qu'impose la mode aux automnes.
             Lors, se déclinent des palettes
               Qui font pâlir d'envie les maîtres
          Quand les érables incendient
     Toutes les forêts d'Acadie,
                           A moins d'avoir une âme artiste
                     Ou d'être un brin surréaliste,
                  Il parait par contre curieux
                D'imaginer un arbre bleu:
                          Lors, pour ne pas sembler fada,
                   Parlez donc de jacarandas.


Il est banal et ordinaire
         De peindre les arbres en vert
                  Bien qu'aux saisons des floraisons
                    Bon nombre prennent d'autres tons.
          C'est ainsi que tels des soleils
      Les mimosas en plein hiver
            Jettent leurs boules d'étincelles
            En cent mille éclats de lumière.
                      Il est par contre bien curieux
                D'imaginer un arbre bleu
                            Mais si l'on n'a pas l'âme artiste,
                   Ou juste un brin surréaliste
                     Et pour ne pas sembler fada
                         Il faut montrer des paulownias.


              Quand survient le mois de Janvier
Il ne peut être surprenant
         De voir les premiers amandiers
           S'habiller tels des communiants;
       Plus tard les arbres de Judée,
        Peignent de mauve les vergers
     Et les flamboyants rougissant
            Lancent leurs tons bien éclatants.
                       A moins d'avoir une âme artiste
                 Ou d'être un brin surréaliste
               Il parait par contre curieux
            D'imaginer un arbre bleu
                Sauf si l'on évoque, ma foi,
                    L'arbre impérial de Paulownia.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

Guy VIEILFAULT

3ème prix

L’ARBRE D’OC

Je répands sous l’humus mes racines profondes

Pour goûter les saveurs de la glèbe d’antan

Et mon feuillage épris du souffle de l’autan

Conte le pays d’Oc aux âmes vagabondes.

 

L’automne me dévêt, quand partent les arondes,

Des ors dont se paraient mes membres de Titan,

Lors je griffe le ciel, farouche capitan,

Condamnant les corbeaux à d’inlassables rondes.

 

Oublieux zélateur de ma splendeur d’été,

Quelque passant parfois moque ma nudité,

Mais, si le sort me voue au fer d’une doloire,

 

Je ne redoute pas l’aube des lendemains

Et contemple, interdit d’une tant vaine gloire,

L’éphémère sillon que tracent les humains.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

 

Classe de CE1 - Ecole Primaire de Briord

Prix "Jeunesse"

                                                     Les quatre saisons de l’arbre
En hiver, l’arbre est très beau
La neige lui sert de manteau .
Pieds nus dans le froid et la glace
Il voudrait mettre des godasses .
En février, il désespère
D’être nu comme un ver de terre .
Dans les prés blancs, l’arbre gelé
Voudrait déjà être en été .

Au printemps, ses feuilles vertes
Sont une belle découverte
Pour les petits écureuils
Qui se réfugient sous ses feuilles .
En avril , recouvert de fleurs
Il salue son petit ami
Le bouvreuil qui construit son nid
De tendresse et de douceur .

En été, voici ses bons fruits
Que je croque avec appétit
Je les ramasse bien mûrs
Pour faire de la confiture .
En août, il a beaucoup trop chaud
Il aimerait avoir de l’eau
Il craint de mourir foudroyé
Si l’orage vient à gronder .

A l’automne, il perd ses feuilles
Elles tombent sur les écureuils
Qui se poursuivent dans le bois
Derniers jeux avant les grands froids
En octobre, les oiseaux fuient
Pour hiberner dans le midi
L’ arbre solitaire est tout triste
Plus aucun chant d’oiseau artiste .

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

Atelier poésie du Foyer d'Accueil Médicalisé Jean Thébaud

"Coup de coeur"

L'ARBRE

Le cycle de vie de l'arbre défile;

Une fin de vie ? Est-ce une illusion ?

Tristes sont les chutes de ses feuilles emportées par le vente,

Avec dignité l'hiver se prépare.

Malgré cela, l'arbre, magistral en simpose.

Enfin un nouveau cycle démarre,

Le printemps se prépare.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

 

 

Daniel STEIGELMANN   - 1er prix du concours de photos - "site de Bibracte"

Daniel STEIGELMANN - 1er prix du concours de photos - "site de Bibracte"

Vincent CHOVE   -  2ème prix -  "couleurs d'automne"

Vincent CHOVE - 2ème prix - "couleurs d'automne"

Brigitte CAMBLAIN - 3ème prix -

Brigitte CAMBLAIN - 3ème prix -

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SALERT 17/06/2018 23:08

Je vous adresse tous mes remerciements pour les diverses actions que vous organisez pour promouvoir la nature et la poésie.en particulier.
Avec mes salutations les plus cordiales
Gérard SALERT